23 mars 2017

Event: Omnia Vanitas



Alors que nous avions attendu ce jour pendant plusieurs semaines, nous nous sommes réveillées à Barcelone samedi passé pour enfin assister à l’événement lolita européen de l'année: Omnia Vanitas!

Malgré la fatigue et les courbatures douloureuses dues à notre journée marathon de la veille (dont je vous parlerais plus tard), j'étais complètement emballée à l'idée d'enfiler ma première robe Triple Fortune ramenée en urgence du Japon par ma mère et ma sœur. Bien que cela ne soit pas du tout dans le thème de l'Event, j'avais essayé d'assortir la merveilleuse JSK d'une couronne utilisée initialement pour le Gala Nocturna en 2016, ce qui allait m'empêcher de tourner la tête pendant une partie de la journée.

Après une heure et demi de préparation acharnée et quelques couches de maquillage plus tard, nous étions enfin prêtes pour faire quelques photos sur les bords du parc de la citadelle avant de nous rendre à l'Hotel Impérial dans lequel se déroulait l’événement.











Avant de partir, nous faisions un dernier tour dans la chambre de notre auberge de jeunesse, réveillant au passage la petite madame française venue étudier le tango pendant un mois et demi en Espagne. 
Visiblement très impressionnée par nos tenues, elle nous promit de nous rejoindre devant l'Event pour admirer les autres filles et en apprendre plus sur notre univers. J'avais sincèrement des doutes quant au fait qu'elle se déplacerait jusque là, mais c'est bien ses petits cheveux gris qui nous attendaient devant la salle de l'Event quelques minutes avant son commencement.

En chemin, nous croisions également un espagnol qui nous accosta d'un "holla!" bien vif, nous demandant ensuite si nous portions les tenues traditionnelles de la Belgique... 
Il a bien fallu qu'on lui brise ses rêves avant qu'il ne se pointe sur la grand place de Bruxelles habillé comme un dandy de la renaissance. C'était pour son bien!








Arrivée au coeur de l'Event, nous avons été frappées par deux constatations qui nous suivent d'année en année:

1) Les gens étaient beaux, mais genre, vraiment beaux. 
2) Nous allions devoir composer avec la lumière la plus jaunâtre et dégelasse de l'histoire de l'humanité. 
Chaque année (hormis l'année passée), nous désespérons de ces lieux de réception magnifiques qui ne possèdent aucune entrée de lumière naturelle et qui sont trop sombres pour réaliser des photos de tenues correctes.

En pleine dépression et après une adaptation visuelle à la lueur crépusculaire du bâtiment, nous sommes enfin entrées dans le vif du sujet en flânant entre les stands - qui étaient très intéressants - avant de nous poser sur les chaises autour de la scène pour admirer les défilés Indie/brand.








Bien que j'ai trouvé le défilé de marques Indie plus abouti que les années précédentes, je ne sais que dire du défilé des marques officielles sans avoir l'air au bord du gouffre sentimental de la montagne de la désolation. 

Pour commencer, l'une des marques (RoseMarie Seoir si mes souvenirs sont bons) n'avait que deux tenues à présenter, ce qui était un peu décevant.

Ensuite vient le défilé Angelic Pretty et la petite catastrophe: Alors que l'accessoirisation des tenues était plus qu'inexistante comparée à ce que la marque à l'habitude de nous montrer,  l'association de certains éléments était plus que louche.
Je pense - par exemple - à une tenue rose sans 
Headdress, étrangement agrémentée d'un Poneybag noir et rouge. 
C'était aussi homogène qu'une tête pressée dans un buffet Vegan...

Heureusement, le sourire franc de chaque mannequin nous faisait oublier ces "petits détails" surprenants, nous amenant bien vite au défilé d'Atelier Pierrot qui clôturait avec succès les défilés de la journée .










Le défilé se clôtura en apothéose sur la vente aux enchères de 3 tenues spécialement créées pour l’événement par Atelier Pierrot
Dès le début, nous étions tous persuadés que la mythique Jo Anna enchérirait sur l'une des deux robes les plus sombres, et c'est sans surprise qu'elle leva nonchalamment la main pour remporter l'enchère de la robe noire pour la modique somme *ironie* de 400$. Good Job!







Le défilé terminé, nous avons repris nos activités de sociabilisation avec les autres lolita, ne passant par assez de temps à mon gout avec chacune d'entre elles. 
Par exemple, j'aurais bien passé une demi heure de plus à admirer le Headdress de Marlessa (mon idole incontestée) tant celui-ci était démesuré et riche de détails.
"Ils deviennent de plus en plus gros. On ne verra bientôt plus ma tête!" 

Enfin, l'heure de la tombola qui clôturait - comme toujours - la journée arriva, et avec elle, notre malchance légendaire. En plus d'avoir égaré l'un de nos deux tickets, nous sommes reparties les mains vides. #boulet. 



Pour résumé, je vous dirais que l'Event était vraiment bien, quoi que peut-être un peu plus restreint et désorganisé que d'habitude. Il y avait énormément de nouvelles têtes et de personnes qui ne viennent que très rarement aux Event, alors que certains figures emblématiques en étaient absentes. Les marques présentes (Victorien Maiden, Atlier Pierrot) étaient une réelle surprise, et les petites marques Indie avaient réussies à se démarquer comme il faut.
Donc: J'ai hâte d'être à l'année prochaine pour découvrir un nouveau pays!